Black Bones : rencontre avec les rois de la pop rémoise !
Interview

20.09.2020

Les Black Bones font leur come-back royal !

Nos rois de la pop en total look fluo reviennent cette année avec leur second album “Ghosts & Voices”, une série de compositions façonnées à plusieurs mains, éprouvées et maturées en concerts ! À la fois rock et mélodiques, les morceaux de ce second opus s’habillent d’harmonies machiavéliques, mais conservent le caractère tubesque des créations du leader Anthonin Thernant.

L'INTERVIEW RÉVÉLATIONS

En résidence au mois de septembre à La Cartonnerie en vue de préparer leurs prochains shows, les membres de Black Bones ont répondu à nos quelques questions, entre deux filages au Club…

[QUI EST À L’ORIGINE DU PROJET BLACK BONES ?]

Anthonin Ternant (leader du groupe) : Black Bones à l’origine, c’est un projet que j’ai lancé en 2014 au moment où les Bewitched Hands, dont je faisais partie, se sont arrêtés. J’avais encore plein de morceaux en tête, donc j’ai eu envie de créer une nouvelle formation.

[BLACK BONES AUJOURD’HUI, C’EST QUOI ?]

Anthonin : On a sorti deux albums, “Kili Kili” en 2017 et le dernier (“Ghosts & Voices”) qui est sorti en mars 2020 pendant le confinement. En ce moment on prépare justement une résidence parce qu’on va avoir quelques concerts (eh oui on en a quand même un petit peu !). Le projet Black Bones c’est 5 musiciens, c’est très pop (au sens méga large du terme) empreint de références anglo-saxonnes. Il y a un mélange de pop, rock mais aussi de rap et d’électro-pop, c’est assez influencé par les années 90 dans le mélange des genres. Il y a un gros paramètre scénographique aussi. A chaque disque, on essaie de trouver une scénographie et un univers visuel qui correspond au disque. Le premier (“Kili Kili”), c’était plutôt l’univers du baseball et du Mexique.




Sur “Ghosts & Voices”, on est plus dans un univers médiéval de rois et de châteaux ! Voire même « Gothico-médiéval-mexicano… ». Voilà, on est en rois sur scène sur cette scénographie-là. On gère aussi tout l’aspect visuels du groupe (clips, pochettes,…) et on sort nous–mêmes nos disques (rires), bref, on fait notre popotte !

[QUELLE EST LA COMPOSITION ACTUELLE DU GROUPE ? ELLE A UN PEU CHANGÉ, NAN ?]

Anthonin : Ouais ! Eh bien il y a deux nouveaux venus dans le groupe : Thomas Dupuis, rémois légendaire et régisseur des studios de La Carto (rires). Il a notamment joué en live avec The Shoes et Woodkid. Il y a aussi Seb Adam qui jouait avec nous à l’époque de Bewitched quand Marianne et moi on était dans le groupe. Seb est un ami de longue date qui va d’ailleurs sortir un disque bientôt !




[C’EST QUOI VOTRE RITUEL DE GROUPE ?
QU’EST-CE QUE VOUS FAITES AVANT DE MONTER SUR SCÈNE ?]

Tout le groupe : on boit du sang – enfin on devrait s’y mettre peut-être (rires)!

Odilon : Oui, alors le rituel (enfin on est un peu obligés) c’est qu’on se maquille. En fait c’est un bon rituel pour se retrouver tous ensemble. Après l’apéro-sang, on se retrouve et on se maquille, c’est ça ! C’est assez cool parce qu’en général c’est une heure avant le concert et du coup ça nous permet d’être ensemble, de ne pas nous éparpiller et de passer un moment avec tout le groupe. Notre petit rituel c’est ça : être ensemble, boire un coup, se maquiller et se marrer, voilà !

[QUEL(S) MORCEAU(X) DIFFICILES À ASSUMER EN PUBLIC ÉCOUTEZ-VOUS ?]

Odilon : Alors pour vous répondre tout de suite, moi c’est simple : j’assume à peu près tout ce que j’écoute même si ça peut ressembler à des « guilty pleasures » je les assume. Koba LaD par exemple, en fait c’est vrai que hors contexte, c’est très spécial. En l’occurrence autour du moi tout le monde hallucine quand je mets ça !

Anthonin : Moi c’est un peu comme Odilon, en fait. Par exemple, j’écoute Michel en ce moment, j’aime bien l’univers ! Mais sur la page de Black Bones, c’est pas un truc que je relaierai.





Je suis vachement plus intéressé par les artistes qui font de la musique différente de ce que je fais, parce que quand j’entends des groupes qui font pareil que moi, je connais déjà un peu tous les codes, et du coup c’est moins enrichissant pour moi d’en écouter. Quand je cherche à découvrir, c’est par vers ces styles que je me dirige.

Odilon : c’est le plaisir de se bousculer un peu quoi !

[SI VOUS DEVIEZ CONSEILLER UN MORCEAU DE BLACK BONES A UN PUBLIC QUI NE VOUS CONNAÎT PAS, VOUS CHOISIRIEZ QUOI ?]

Anthonin : moi je dirais “Destiny”, quand même ! Avec le clip, parce que c’est un hommage à l’Eurovision et que du coup c’est une bonne porte d’entrée pour Black Bones parce que ça parle à beaucoup de gens, qui ne seraient pas adeptes d’indie rock à la base. C’est à la fois marrant, fun et en même temps y a aussi de l’émotion et du kitsch. Du coup c’est une rencontre de plein de paramètres qui résument bien le projet Black Bones.




 

Propos recueillis par l’équipe de La Cartonnerie. 

Retrouvez-les bientôt en concert : 

  • 17 octobre – Les Rockomotives à Vendôme
  • 10 décembre – L’Epicerie Moderne à Feyzin
  • 17 décembre – Le Point Éphémère à Paris